L’éthique

C’est pourquoi on fait.

La scierie Patrick Bottarel s’est montée en 1980, à une époque où les scieries se comptaient par centaines dans chaque département de notre pays.

La course au « pas cher », boostée par un pétrole presque gratuit, a d’abord obligé les scieries à se regrouper pour investir dans des outils industriels plus productifs.
Puis, finalement écrasées sous les dettes et concurrencées par du bois « d’ailleurs » toujours moins cher, elles ont fermé les unes après les autres. Aujourd’hui, on ne compte plus que quelques scieries de bois de menuiserie en Rhône-Alpes.

Nous sommes tous responsables de cette dérive du « discount » qui nous a amenés à cette absurdité : le bois dont nous avons besoin pour faire nos meubles, nos portes, nos fenêtres, nos escaliers et nos parquets provient de forêts qui poussent à plus de 1000 km de là où nous vivons.
Pendant ce temps, à moins de 50 km, les forêts qui nous entourent ne sont plus exploitées, plus un tronc d’arbre n’en sort pour fabriquer une table…

Le « pour quoi ? » de notre scierie est une réponse de bon sens.
Nous pensons qu’il y a une place pour une industrie locale et à taille humaine en France.

Nous louons, ici, la clairvoyance et le savoir-faire des scieurs Patrick, Fernand et Philippe.
C’est grâce à eux que nous pouvons reprendre un bon cap en Isère et en Savoie.

Pour cela, nous pensons qu’il faut :

Localiser notre production de matière première en profitant des atouts de notre région et en réapprenant à utiliser les essences de bois locales, chacune là où elle est la plus pertinente.
Faire travailler des acteurs locaux, qui connaissent les contraintes et atouts de nos forêts et exploitent le bois de manière durable pour permettre à la forêt de se régénérer en nous fournissant sa matière et sa capacité à fixer le C0₂ de l’air.

Mais aussi…

Utiliser nos déchets de transformation du bois en bois-énergie pour sécher nos planchers et avivés dans nos séchoirs et coproduire de l’électricité nécessaire au fonctionnement des moteurs électriques de nos machines. C’est ce qu’on appelle la cogénération.

Et surtout !

Limiter les transports inutiles en sciant au plus près des zones de production et d’utilisation des bois.

N’oublions pas de :

Favoriser l’utilisation locale des bois issus des forêts de nos départements, et pour cela permettre aux menuisiers, ébénistes, agenceurs et bricoleurs de s’approvisionner en bois locaux à des prix maitrisés.

Pour finir…

La filière bois est bien une filière : du travail du forestier à sa commercialisation dans notre boutique en ligne et à La Scierie, en passant par sa transformation et la valorisation de ses déchets. Nous pensons chaque étape comme un maillon d’une chaine indispensable aux autres maillons.