Le frêne

L’arbre existe, avec ou sans nous. Il n’existe pas pour nous servir. À nous d’apprendre à nous en servir au mieux.
Il n’y a pas un arbre qui présente naturellement toutes les qualités que nous pourrions en attendre.
Chaque bois, chaque essence a ses caractéristiques, qui deviennent toutes qualités si nous sommes capables d’en avoir le bon usage.
Tous les arbres sont beaux. Tous peuvent nous être utiles.

Caractéristiques

Issu de forêts au climat rigoureux, le frêne est un bois réputé pour sa solidité et sa résilience. Il est dur et résiste très bien aux chocs.
 C’est un bois assez dense (690 kg/m3 environ). Ses fibres longues lui confèrent une élasticité élevée : c’est un bois souple ! Il est très facile et agréable à travailler, à cintrer, à usiner, à coller et à vernir. Le frêne est un bois clair nacré qui jaunit à la lumière. Son veinage offre de multiples dessins selon la partie de l’arbre utilisée. Le bois débité sur quartier présente une fine maillure très régulière, alors que le bois débité sur dosse a une figure flammée pouvant tirer sur le violet, le brun ou le rose.
Il arrive aussi que suite à une agression extérieure (tempête, maladie ou grand froid) le cœur de l’arbre se densifie et prenne des teintes très proches de l’olivier : on l’appelle alors frêne-olivier.
Ses différences d’aspects et de teintes peuvent très bien s’harmoniser sur une même pièce.

Son usage actuel

Ses qualités esthétiques sont très appréciées en décoration, dans le mobilier et la réalisation d’aménagements. 
Sa robustesse en fait le bois parfait pour la réalisation d’escaliers, de parquets très fréquentés et de plans de travail. Son bois est également très prisé pour les manches de pelles, les haches, les marteaux, et les outils ou objets nécessitant résistance et souplesse, ainsi que les articles de sport subissant de nombreuses contraintes physiques tel que barres parallèles, arcs, plongeoirs ou javelots.

Son usage en extérieur est déconseillé, même thermo-traité au préalable. D’autres essences plus adaptées à cet usage existent, comme le châtaignier, le robinier ou le mélèze.

Son usage d’antan

Le frêne était autrefois un « arbre à tout faire », extrêmement précieux pour les paysans : une popularité due aux usages apparemment sans limite que l’homme a fait de l’essence.
Son nom de genre Fraxinus vient du mot “lance” en latin, car c’est à partir de son bois qu’étaient faites les lances des soldats.
 Il était aussi bien utilisé pour fabriquer des roues de charrette que de la vaisselle en bois et des ustensiles de cuisine. Avant d’être massivement remplacé par de nouveaux matériaux, il servait à la fabrication d’avirons, de godilles, de skis, de luges ou de raquettes de tennis.

Son habitat

Le frêne est un feuillu que l’on retrouve partout en France à l’exception du pourtour méditerranéen. Il est très présent en Champagne-Ardenne, en Franche-Comté et Nord-Picardie. 
Il représente 4 % des essences d’arbres françaises.
Adepte des sols frais et plutôt humides, il apparait souvent le long des cours d’eau. Il peut pousser en montagne jusqu’à 1500 m, mais craint les froids tardifs. Essence pionnière, il colonise tous les espaces, même ceux qui ne lui conviennent pas a priori.

Descriptif botanique

De silhouette élancée, le frêne atteint facilement les 40 m de haut. En forêt, il est étroit et allongé, mais s’il dispose d’espace il étend sa ramure qui sera alors peu serrée. En hiver, on peut observer sa cime équilibrée en forme de voûte.
Quand il est jeune, l’écorce de son tronc est lisse, gris clair, mouchetée de lenticelles blanchâtres. En vieillissant, elle se crevasse de profondes gerçures.

Les fruits sont des samares, appelés aussi « langues d’oiseaux ». Leur forme ailée leur permet d’être disséminés par le vent.

{

Qu’il soit blanc ou olivier, on l’utilise en parquet, en escalier… pour tout mobilier.